Le Blog d’UniDistance

E-learning & formation : Ressources, conseils et projets inspirants

> Retour à la page précédente

Les 5 meilleures stratégies d’apprentissage ... et 2 vraiment mauvaises

Katrin Piazza
Ecrit par Katrin Piazza

Faire comme tout le monde, ce n’est pas toujours la bonne solution. Surtout quand on apprend.

Lire et relire un texte avec des passages surlignés en couleur, tout le monde connaît, tout le monde le fait.

Mais est-ce efficace ? En fait, pas vraiment.

Découvrez les stratégies d’apprentissage qui ont fait leurs preuves.

Avez-vous déjà pensé que ce que tout le monde fait n’est pas forcément une bonne chose ? Tout le monde lit plein de fois les longs textes, tout le monde rédige un nombre infini de résumés, tout le monde se met à étudier juste avant l’examen...

Tout le monde, vraiment ? En y regardant de plus près, on se rend compte que les étudiant-e-s qui réussissent s’y prennent autrement.

Le plus surprenant, c’est que pour eux, apprendre et étudier est même souvent un plaisir !

Deux mauvaises stratégies d’apprentissage, preuve à l’appui

Étrangement, ce que tout le monde fait est particulièrement inefficace. John Dunlosky, professeur de psychologie à la Kent State University dans l’Ohio, l’a démontré dans une méta-étude dans laquelle il s’est intéressé à 700 travaux de recherche sur des méthodes d’apprentissage, pour déterminer ce qui était réellement efficace et ce qui ne l’était pas.

Sur la base de ses résultats, il a établi un classement des stratégies d’apprentissage et les a répertoriées de « recommandables » à « défavorables ».

Son constat : « Les stratégies d’apprentissage les plus populaires sont aussi les moins efficaces. »

Il s’agit de ces deux stratégies :

  • Lecture multiple
  • Mise en évidence d’informations avec des surligneurs

Pourquoi ces deux stratégies d’apprentissage sont-elles si mauvaises par rapport aux autres ? C’est très simple : elles sont terriblement ennuyeuses et ne demandent pas de gros effort intellectuel.

En mode pilote automatique, l’apprentissage n’est pas optimal

Si vous lisez un texte complexe plusieurs fois, l’ennui devrait vous gagner au bout de la troisième lecture au plus tard. Ou alors, ce qui arrive fréquemment : vous lisez le texte jusqu’au bout et vous vous demandez : « Mais qu’est-ce que je viens de lire au juste ? »

Quand les choses deviennent trop ennuyeuses ou difficiles, notre esprit passe en pilote automatique ou s’autorise à penser à des choses plus agréables et s’évade.

Il se comporte exactement de la même façon lorsqu’il s’agit de la pratique tout aussi populaire qui consiste à surligner des passages.

Ici aussi, le risque est de surligner de plus en plus de mots, sans réellement se demander s’ils sont importants et pourquoi.

Ne t’est-il pas déjà arrivé de te retrouver avec des paragraphes entiers surlignés ?

Pourquoi de mauvaises stratégies d’apprentissage sont parfois fructueuses, du moins au début

 « Mais attendez », pourriez-vous objecter, « c’est comme ça que j’étudie et je suis satisfait de mes résultats ! »

C’est tout à fait possible.

Même une stratégie dont il est prouvé qu’elle est mauvaise peut être efficace. Souvent, c’est le cas au début des études. Et elle est efficace parce que vous la maîtrisez bien.

La mauvaise stratégie d’apprentissage que vous avez acquise est plus efficace qu’une bonne stratégie que vous ne maîtrisez pas encore.

En effet, les bonnes stratégies d’apprentissage doivent également commencer par être acquises. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les stratégies d’apprentissage réellement efficaces ont parfois du mal à s’imposer : nous devons abandonner nos bonnes vieilles habitudes.

Le meilleur exemple pour illustrer cela est le fait de réviser/d’étudier juste avant l’examen.

En français, on appelle cela le « bachotage », tandis que les Anglosaxons parlent de « cramming » : on stocke une grande quantité d’informations dans le cerveau en très peu de temps.

Cette pratique est effectivement courante chez un grand nombre d’étudiant-e-s et certain-e-s vont étonnamment loin grâce à elle.

Mais quand la matière devient trop volumineuse ou trop complexe, ou quand le temps commence à manquer pour étudier en raison d’un imprévu, cette stratégie échoue.

Mais pourquoi attendons-nous la dernière minute pour nous intéresser à des stratégies d’apprentissage efficaces ?

Les meilleures stratégies d’apprentissage sont connues et toujours disponibles.

 Les 5 meilleures stratégies d'apprentissage

Stratégie no 5 :
La variation, voie royale vers la maîtrise

Si vous faites tout le temps la même chose, étudier devient ennuyant. En lisant et en emmagasinant les informations, vous retenez moins bien que si vous abordez la matière de façons différentes.

En outre, à l’examen, vous devez restituer vos connaissances d’une façon différente que celle présentée dans le cours.

Vous avez donc tout intérêt à vous entraîner à restituer la matière de différentes manières.

a. Analysez la matière selon différentes perspectives (discutez-en avec d’autres, trouvez des arguments pour et contre, etc.)
b. Changez de support (par exemple, cherchez un film sur le sujet. Mais plutôt que de vous contenter de le visionner, résumez l’essentiel à la fin).
c. Testez vos acquis du jour ou essayez de les mettre en pratique dans votre vie ou dans votre travail.
d. Changez de décor: étudiez dans un parc, dans le jardin ou dans un café.
e. Structurez vos connaissances sur une carte mentale, un poster ou un graphique en grappes, etc.
f. Structurer est une démarche intellectuelle active, la mémorisation est donc plus facile.

Stratégie no 4:
Sachez ce que vous ne savez pas encore

Ne vous occupez pas de ce que vous savez déjà. Certes, c’est agréable de constater : « Ah oui, je connais ça, je sais ça, je maîtrise ça... »

 Mais ce sentiment positif de confiance est trompeur, car souvent, ce qui est vraiment important c’est ce que vous ne savez pas encore.

Et nous n’aimons pas tellement nous en occuper, justement parce que cela ne nous donne pas un sentiment agréable.

Le fait est que l’apprentissage ne se déroule pas au cœur de la zone de confort, mais à son extrême limite.

a. Découvrez ce que vous ne savez pas encore ! (Très souvent, il s’agit précisément de ce à quoi nous pensons : « J’en serai capable à ce moment-là - d’une façon ou d’une autre. »)

b. Fixez-vous des objectifs d’apprentissage.

c. Étudiez les tables des matières : êtes-vous capable de dire ou d’écrire quelque chose sur tous les chapitres et sous-chapitres 

d. Faites des exercices, des devoirs supplémentaires - vous en trouverez beaucoup sur Internet.

e. Demandez à vos camarades d’études : « Qu’est-ce qui était le plus important pour toi dans ce chapitre ? »

Lire aussi: Comment concilier formation, travail et vie privée

Stratégie no 3 :
Se poser la question « Pourquoi ? »

Ce n’est pas un hasard si les jeunes enfants passent leur temps à demander « pourquoi ? ». En effet, c’est précisément cette question qui nous fait avancer.

Si vous vous interrogez sérieusement sur le « pourquoi », vous garderez plus longtemps la réponse à cette question en mémoire que si vous vous contentez de répéter comme un perroquet ce que l’on vous a prémâché.

Si vous savez pourquoi vous faites quelque chose, votre attitude change.

Vous êtes plus disposé-e à vous fixer des objectifs stimulants, ce qui accroit votre motivation.

Réveillez le détective qui sommeille en vous! Essayez de trouver des erreurs ou des points contestables dans la matière. 

Vous trouvez ce contenu d’apprentissage inutile, il vous énerve ? Vous avez peut-être raison, mais argumentez !

Rassemblez des preuves qui confirment que vous avez raison. De cette façon, vous vous impliquez personnellement et vous mémorisez plus facilement les informations.

Pendant une semaine, testez la question « pourquoi ». À chaque occasion qui se présente en rapport avec vos études, posez-vous la question : « Pourquoi ? »

Discutez avec d’autres de ce que vous avez appris. Si vous êtes impliqué-e émotionnellement, vous retiendrez mieux les contenus.

Stratégie no 2 :
Réviser systématiquement 5x

On oublie vite, on retient difficilement ! Malheureusement, les révisions s’oublient la plupart du temps.

Si vous attendez trop avec les révisions, vous devez réapprendre péniblement le contenu.

C’est dommage, car si vous l’avez déjà compris une fois, vous devriez faire en sorte de ne plus l’oublier !

En matière de révision, deux règles d’or sont utiles :

a. Révisez quand vous avez encore 80 % des acquis en mémoire. (Souvent, cela signifie réviser brièvement durant les 24 premières heures, ensuite plusieurs fois à 2 jours d’intervalle).

b. Révisez 5 x. L’apprenant-e moyen-ne doit réviser un contenu cinq fois pour le retenir. Certain-e-s ont besoin de moins et d’autres de plus de révisions.

Faites l’expérience ! Utilisez des fiches ou des applications comme Quizlet, Card2Brain, etc.

Stratégie no 1 :
S’interroger et se tester soi-même

A lire aussi: 4 étapes pour mettre fin à votre procrastination

Le travail de recherche de John Dunlosky, évoqué ci-dessus, est clair à ce sujet :

La meilleure stratégie d’apprentissage consiste à s’interroger soi-même.


La raison principale est qu’en s’interrogeant soi-même, on s’exerce à faire ce qui sera demandé à l’examen : pouvoir reproduire de mémoire un contenu d’apprentissage sans aide.

a. Posez-vous donc des questions à vous-même, aussi souvent que possible.

b. Pouvez-vous réellement vous remémorer le contenu ? Soyez sévère avec vous-même. Un vague sentiment de connaissance approximative est trompeur.

c. Procurez-vous des examens blancs.

d. Intégrez des contenus importants ou difficiles dans des fiches. De petits tests répartis sur la journée prouveront rapidement leur efficacité.

e. Élaborez votre propre test sur la base de vos acquis, mettez-le de côté pendant deux trois jours, puis faites-le.

 

Les bon-ne-s apprenant-e-s testent leurs stratégies d’apprentissage

Vous êtes satisfait-e de votre façon d’étudier, même si elle n’est pas considérée comme « recommandable » ?

Super, vous pouvez vous en réjouir.

Étudier est une démarche tellement individuelle que nous pouvons affirmer que ce qui fonctionne, fonctionne.

Mais si vous vous rendez compte que vos études vous pèsent, il pourrait être utile d’essayer autre chose.

Vous ne devez pas non plus appliquer tout de suite toutes les stratégies d’apprentissage recommandées.

Choisissez-en une qui vous parle et testez-la pendant un temps, mais suffisamment longtemps pour lui donner une chance de devenir une bonne habitude.

Vous prendrez plus de plaisir à suivre vos études si vous essayez de varier votre processus d’apprentissage et de le tester.

Rien n’est si doux que la diversité, et cela s’applique aussi assurément aux études !

Conclusion

  1. Consacrez votre temps précieux à des stratégies d’apprentissage efficaces. Lire, surligner ou faire des résumés, dans lesquels vous recopiez mot à mot, n’en font pas partie.

  2. Sortez de votre zone de confort, lancez-vous dans l’apprentissage ! 

    Ta vie est bien remplie et tu veux te former? Suis ton bachelor ou master à UniDistance.  Informe-toi maintenant!
  3. Apprenez à supporter le sentiment désagréable qui va de pair avec l’ignorance et donnez-vous du courage : 

« Je ne connais pas ENCORE cette matière. Mais si je travaille dur, je deviendrai bon là-dedans.

L’effet d’apprentissage se produit au moment de récupérer des informations mémorisées, pas en faisant du bourrage de crâne.

La lecture multiple, c’est du bourrage de crâne, il en reste rarement quelque chose.

Utilisez de plus en plus souvent des méthodes de récupération active de vos acquis : fiches, tests blancs, cartes mentales, essais de longueurs diverses, se faire interroger, etc.

Thèmes : Bons plans pour apprendre

Abonnez-vous

Articles populaires